LE   CONTRE-EDITORIAL

     Les élus de gauche: Christian Berkesse et Pierre Hély, utilisant la revue municipale pour faire leur campagne électorale, nous les élus de la droite colloise, avons  décidé de leur répondre en rédigeant désormais un : « contre éditorial. »

      Dans l’éditorial du n° 19 de la revue municipale, le maire, Christian Berkesse, après s’être félicité d’un redémarrage de l’activité à La Colle, qu’il est le seul à avoir observé, se livre à une attaque en règle contre les élus de l’opposition de droite. Il les accuse de « dérives malsaines » quand ils s’opposent à sa politique.

      Il reproche à certains d’entre eux d’avoir : « provoqué l’annulation du P.O.S, uniquement pour vice de forme. »

      Qu’en est-il ? Dans sa précipitation à faire voter un P.O.S, qu’il avait rapidement modifié, après l’avoir refusé 15 jours plus tôt quand il était dans l’opposition, Christian Berkesse n’a pas jugé nécessaire d’en informer les élus et les personnes publiques associées, contrevenant ainsi aux dispositions de l’article :L2121-12 du code des collectivités territoriales.

      Condamné pour ce motif par le tribunal administratif, monsieur Berkesse espère s’en sortir en démontrant que le tribunal administratif l’a condamné sur la forme, pas sur le fond. Il le martèle sous plusieurs formes en plusieurs endroits du bulletin municipal de façon à convaincre les Collois que l’opposition entrave le fonctionnement normal de la commune. Ce que Berkesse feint d’ignorer, c’est que le tribunal administratif ne peut se prononcer que sur la forme, jamais sur le fond. Il en va pour cette juridiction comme pour d’autres, comme la cour de cassation ou le conseil d’Etat Il est donc évident que seul un recours sur la forme pouvait être fait.

      Ce que nous réclamons depuis le début de cette mandature : que Berkesse informe les élus de l’opposition, comme la loi l’exige.

                                                                                                          Henri Zissler